samedi 24 octobre 2009

Rudimentaire ou révolutionnaire ?

On pourrait dire que c'est un peu beaucoup rudimentaire la coordinadora Simon Bolivar où je vis actuellement.

Depuis avant-hier, Pas d'eau. Électricité oui, internet oui, mais pas d'eau

20 personnes sont arrivées vers 2h du matin, de l'Etat de Portuguesa, à 8h de route de Caracas, occasionnant un bordel monstre, ceux ci ne pouvant s'arrêter de blaguer entre eux au milieu de la nuit. Mais il n'ont pas pu se laver de leur voyage, faute d'eau.

On a tous un lit mais pas de draps et pas d'oreillers, chaque lit est séparé de 30 centimètres, les toilettes des hommes sont saturées, chaleur, odeurs, tirs dans la nuit, bébé qui pleure chez les voisins, musique pétaradante par des jeunes sur le stade derrière le bâtiment, alarmes de voitures, motos aux pots d'échappement troués.

Ça sent la sueur, les pieds moites, il fait super chaud, on a juste eu une petite bouteille pour éviter de se déshydrater. Ça ne concerne pas que nous, c'est l'ensemble du secteur qui est privé du liquide vital, pour cause de sécheresse sur Caracas.

Pas d'eau, pas de vaisselle, pas de cuisine, pas de douche, pas de toilettes, pas de débarbouillage, pas de brossage de dents, ...

Le matin, réveillé à 8h par la version espagnole de Bella Ciao à fond les ballons sur la camionnette qui fait la propagande dans le quartier, toujours pas d'eau.

Alors on improvise, on puise dans la citerne de réserve, on prend une douche glacée avec un jet d'arrosage.

On s'en va après avoir fait le ménage avec un seul robinet fonctionnel par intermittence, on fait le tour du quartier pendant que les autres préparent les urnes et les bulletins pour demain, le référendum contre les bases américaines en Amérique Latine,
pendant ce temps on va chez la sœur d'une des arrivants qui vit dans un quartier proche.

On est accueilli comme des rois et reines, on picole quelques bières, on mange des chips, on rit, on danse, on est un peu éméchés, on se cale un moment dans l'herbe les uns et les unes contre les autres avant de rentrer à la coordinadora Simon Bolivar.

la musique révolutionnaire tourne toujours, on file un coup de main pour les préparatifs du soir. On fait une petite sieste pour récupérer.

petite scène de vie quotidienne, sauf que ce quotidien est exceptionnel.

Parce que les gens qui sont ici aujourd'hui ont tous un seul objectif en tête, et cet objectif se réalisera demain.

Peut être que demain soir j'en pourrais plus de ces conditions de vie précaires, difficiles.

Pour le moment, j'observe et je participe aussi à cette aventure extraordinaire et cette énergie collective qu'est un quartier entier en action, en mobilisation, en révolution, pour un référendum populaire.

Et nous avons collectivement un sentiment extrêmement rudimentaire : nous sommes heureux.

3 commentaires:

Papy râleur a dit…

Bonjour ! Un message de france, je suis un ami de tes parents mais ne te connais pas ! d'ailleurs j'ai revu ta mère pour la première fois depuis 30 ans au printemps dernier.
Ceci dit, mon message : J'ai visité tout ce site et, le français sachant peu ce qui se passe en Amérique latine, il y a plein d'initiales dont je ne connais pas le sens. Tu vas me dire que tes bons copains Google et Wikipedia sont prêts à me répondre mais ne serait-il pas plus simple de faire un entre-parenthèses pour expliquer ? Bon sinon c'est intéréssant de suivre ton périple et ça (me) permet de (me) coucher un peu moins c... ! Bonne continuation
P.S. : Essaie aussi de soigner la ponctuation et les accents, ça aide à la compréhension !

Greg a dit…

ma maman m'a toujours interdit de parler aux inconnus ! mais comme je suis un sale petit rebelle ..
pour les abréviatons, je pense que certaines sont expliquées dans les articles plus anciens, mais à l'avenir j'essaierais d'y faire attention
et si je suis moins flemmard je mettrais en place un système où il suffira de pointer la souris dessus le truc pas comprendable pour voir O magie la signification
cela supposerais que je bosse mes fiches de programmation web, ... c'est pas gagné.

au cas ou MPP... c'est ministere du pouvoir populaire du nachin truc. tous les ministeres sont du pouvoir populaire.

quand aux accents, tout dépend si j'écris du boulot (clavier espagnol) ou avec mon ordnateur portable (clavier franCais)

la donc je suis au boulot puisque pas de cedille.
mais au fait c'est quel ami de france parce qu'ils en ont beaucoup ... y compris des papys :)

lémi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Enregistrer un commentaire