mercredi 21 avril 2010

Cochabamba 2010 (3) : le jour où l'ONU fut huée

Nous sommes le matin du 20 avril. Il est 9h, la foule se rassemble peu à peu dans le stade de Tiquipaya pour la cérémonie d'ouverture. 24 000 personnes sont présentes.

la foule est là, très latino americaine. Des boliviens en grand nombre, des péruviens en costume traditionnel, mais aussi pas mal de chiliens, argentins, colombiens, equatoriens, bref toute l'Amerique Latine se donne rendez vous. Mais pas que. L'on croise une délégation iranienne avec une femme en tenue "traditionnelle" elle aussi, des sud coréens, de Cap vert, du Zimbabwe, etc ... On apprendra que 1500 personnes ne viendront aps d'Europe en raison du nuage de cendre. Comme si ce sommet devait se faire sans les pays du Nord...

La cérémonie commence apr des rituels de purification et de bénédiction à la Terre Mère, par des indiens aymara. Dans un coin on croise une jeune americaine en train de recevoir une bénédiction, et qui soudain : "stop, les piles de mon appareil photo sont vides ! Vous pouvez attendre une minute" L'indien souris, je regarde partagé entre pathétique et tristesse. je croise un ami bolivien, un autre d'ALBA TV, déjà croisé au Venezuela, sort du cercle de la cérémonie. pas de bonjour, un salut de tête rien de plus, le moment est au recueillement.

la cérémonie s'achève et commencent les discours, d'abord le préfet local, puis des représentants des cinq continents, indiens d'alaska, d'Afrique centrale, d'Oceanie et d'Asie. la question indigène est centrale ici.
Et puis viendra Evo Morales, acclamé par une foule en liesse,
celui ci fera quelques blagues suscitant enfin un quelconque intérêt à la presse occidentale :
"la malbouffe est responsable de la calvitie",
"les poulets aux hormones génèrent des déviances sexuelles".
personne sur place n'y accorde l'importance, ile st comme Evo, il fait des blagues.
Il a aussi lancé le slogan "Planeta o muerte" qui se répand depuis lors comme une trainée de poudre entre les personnes membres, mais ca semble moins toucher les agences de com-presse-ion de l'information.

Et le plus important c'est que juste avant cet "Evo macho", s'etait exprimée la représentante du secrétariat des Nations Unies, venue soutenir l'initiative.

et elle fut sifflée.

pas chahutées comme le raconte l'Agence Francaise Partisane.
Non sifflée, et très amplement.
Et vous vous demandez pourquoi ?

J'en aurais l'explication un peu plus tard dans la journée, à la conférence traitant du tribunal de justice climatique.
Avec présence de Miguel d'Escoto, "diplomate" nicaraguayen, sandiniste, ex président de l'Assemblée générale des nations unies.
et c'est homme s'exprima en ces termes.

« Les Nations Unies sont une fraude, une fraude giganstesque. Elles ne représentent pas les peuples sinon les dirigeants des nations de ce monde. Il ne faut pas réformer l'ONU, il faut la réinventer, avec des principes véritablement démocratiques, et sans avoir peur de s'opposer à la toute puissante volonté des Etats Unis, ils n'ont jamais respecté les décisions de l'ONU et toujours agis contre et en dehors. ».

Nous y voila donc, l'ébauche d'une coopération mondiale sans l'égide des pays occidentaux et des Etats Unis. Voila ce qui pousse les indiens latino americains a siffler la représentante de l'ONU. C'est cet aveu d'échec qui doit être fait, dont le plus grand exemple récent fut la conférence sur le climat de Copenhague, où 25 pays ont décidé en secret dans une nuit d'un document final refusé par les autres pays. Avant que sous pression financière une bonne partie d'entre eux accepte de signer au cours des mois suivants.
Mais Copenhague ce fut avant tout 100 000 personnes manifestant pour une justice climatique.

Ainsi je me retrouve dans une autre réunion traitant des stratégies des mouvements sociaux après Copenhague. Etonnement la présence de personnes des pays du Nord y est beaucoup plus importante. Dans un débat cordial sur savoir si on va ou pas ça mexico, si on aprticipe ou pas aux negociations, intervient soudain une militante des mouvements sociaux indiens du mexique :
"mais enfin, il ne s'agit pas de savoir si on va faire une manif ou pas ! Le changement climatique dans mon pays, il tue, auotidiennement, c-est les famines, sçecheresses et inondations, nos peuples indiens sont en train d'etre exterminés ! Et c'est pareil dans le reste du monde. Ce n'est plus l'heure de faire des marches, il nous faut tous lutter quotidiennement, partout dans le monde. " Les etasuniens présents ont eu de mal à comprendre, avec ou sans traduction ... le débat continuera plus tard dans une autre réunion.

le premier jour de la conférence se conclut. L'issu de celui ci est incertaine. A l'heure actuelle 31 000 personnes sont sur places. et les files d'attente pour obtenir l'accréditation continue encore et toujours. On se dirige selon l'Agence de Franche Propagande vers un "semi echec" sans aucune proposition. Echec pourquoi pas, mais qui marquera sans doute l'Histoire.

4 commentaires:

ReineRoro a dit…

Merci à toi pour ces comptes rendu journalier !

Anonyme a dit…

La même ... Comptes rendu journalier que nous relayons d'ailleurs ... Avec l'espérance que vous n'y verrez pas d'objection

Cré-@ctivement votre

El Sinsé

http://moneinonline.ning.com/profiles/blogs/planeta-o-muerte

Henry IV ? a dit…

Que la pertinence de certains de vos propos vous accompagne encore et encore ...

Au plaisir de lire la suite de ce reportage

" Henry IV ? "

Marion a dit…

Super article Greg, c'est très intéressant. Et on ne trouve rien sur ça dans les médias, rien de précis en tout cas.

Publier un commentaire