mercredi 14 octobre 2009

Du syndrôme du Titanic à la Minga



Je n'aime pas Nicolas Hulot.

Tout comme d'ailleurs je ne supporte pas Yann Arthus Bertrand.
 

Ca n'a rien de physique, c'est juste que je ne comprends pas comment quelqu'un qui est impressionné par le Paris-Dakar, qui a fait des dizaines de voyage dans le monde entier pour nous faire découvrir les "beautés" de ce monde, à chaque fois en hélico, en avion.
je ne comprends pas comment quelqu'un qui dépense en un voyage plus qu'un ménage français moyen en un an puisse nous donner des conseils sur l'écologie.
Je comprends pas non plus que quelqu'un ami du nain musqué national, sponsorisé par total, ELF, TF1 et Areva puisse oser nous parler d'écologie.
Ou qu'il ose lancer une gamme de produit de beauté "Ushuaia" qui contient plus de substances dangereuses et cancérigènes que n'importe quel savon de Marseille.

je veux dire c'est comme demander à Serge Dassault comment améliorer le sort des travailleurs ou faire la paix dans la monde.

Il parait donc qu'en ce moment notre hélicologiste national sort un film.
Tout comme pour le spot de propagande Home, je n'irais pas le voir.

Et je vais même me permettre de critiquer sans l'avoir vu puisque ce film mène au catastrophisme sucidaire du ON VA TOUS MOURIR caractéristique du discours ... néolibéral sur l'écologie

et la conclusion c'est "donnons tous la main, Si on s'y met tous, on sauvera la planète."

Sauf que le "tous" en question c'est Tous en tant qu'individualités, chacun nos "petits gestes du quotidien".
Or personne ne pourrait me contredire si j'osais exprimer l'idée hautement subversive que Total a un rôle un minuscule poil plus important à jouer que le "travailleur français" moyen.

Bref, tout ça pour vous dire que à part le film de Hulot, il se passe quelque chose d'autrement plus emportant dans le domaine de la sauvegarde de l'espèce humaine (puisqu'il s'agit de nous sauver nous pas la planète, évidemment)

J'imagine que personne n'en parle par nos contrées occidentales, même ici, peu de monde connaissait ce mouvement.

Ca s'appelle la Minga pour la Terre Mère et c'est le plus grand rassemblement des populations indigènes en Colombie depuis longtemps.

Et ces braves peuples "primitifs" comme ne rechigneraient pas à le dire certains, ont tout à fait compris l'entourloupette et clament haut et fort :

“nous continuerons à travailler unis pour la construction d'une société de justice, dans laquelle prévaudront le respect des Droits Humains, de la culture et des identités des peuples, en opposition à la marchandisation de la vie et des politiques de globalisation économique”.

Ainsi donc la Minga de résistance, vers un congrès mondial des peuples. se tient en ce moment, du 12 au 16 octobre dans de nombreux pays latinoaméricains et plus particulièrement en Colombie.

Et je pense qu'ils ont un minuscule poil plus de chose à nous apprendre en terme d'écologie que n'importe quel écotartuffe européen. Pour plus de détail, je vous invite à lire l'article qui y est consacré que je viens de traduire en français sur le site la revolucion vive :

ou pour plus d'informations :

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"nous faire découvrir les "beautés" de ce monde, à chaque fois en hélico, en avion."

La fin ne justifie jamais les moyens, hein ?
Toto, t'es venu à la rame au Vénézuela, toi ? Parce que sinon, tu c'est que tu as payé un billet à Air France et c'est maaaaaaal !
Bref, j'aime bien ton blog, mais vas-y molo sur le malthusianisme.

Quentin

Greg a dit…

oui je pollue, mon dieu, incroyable, mais j'ai pas la prétention de donner des leçons d'écologie.

Je dénonce juste ceux qui se moque de nous et nous parlent d'écologie quand ce sont les premiers en cause.

de là à Malthus ... je te renvoie à l'IEESDS qui a bien étudié le sujet, la décroissance contre malthus :
http://www.ladecroissance.net/?chemin=cahiers_ieesds

Enregistrer un commentaire