jeudi 10 décembre 2009

La Gaviota (1) : sur la route de Cumanà

A l'origine, une nouvelle lubie de notre camarade de Vive, nous faire voir du pays.

Et le voici qu'il nous parle d'une entreprise nommée La Gaviota qui va être nationalisée officiellement le jour même et que ce serait bien qu'on y aille, admettons.

Nous, c'est le camarade toulousain Maxime Vivas (écrivain, auteur notamment de la Face Cachée de Reporters sans Frontières) et moi même.

Il est donc 6h du matin quand nous quittons Caracas pour Cumana, dans l'Etat de Sucre, à 8h de route (en comptant les heures de bouchons).

Voyage cahoteux avec des nids de poule en plein milieu des "autoroutes", si gros qu'on parlerais plutôt de nids d'autruches, mais pas chaotique pour autant. Quelques arrêts dans les panaderias (boulangeries) pour touriste, à vous faire regretter les mêmes des quartiers chics de la capitale pourtant déjà excessivement chers.

Nous traversons l'Etat de Miranda, descendant les collines vers les plaines verdoyantes. Puis la forêt touffue, ou jungle, ou ne sais plus, avec les vendeurs de fruits, bananes, fruits de la passions, mandarines, ...

Voici un péage, le seul, nous payons quelques centimes. On croise des postes de péages sur toutes les routes au Venezuela mais il est rare que ceux-ci servent encore à leur usage premier. les routes du Venezuela appartiennent elles aussi au domaine public.

Nous voici dans l'Etat Azoantegui, avec ses grandes plaines entre plaines semi-désertiques, faisant penser au Mexique, avec les cactus au bord de la route, sous un climat chaud et sec.


Puis une lagune, bleue océan, calme, au bord de laquelle j'ai appris par une traduction du début de mon séjour qu'il s'y trouve une coopérative socialiste de pêche. Invisible à l'oeil de l'autoroute mais bien réelle

On roule, roule, et on passe devant les puits de pétrole, le cœur de la richesse de cette nation. Cette richesse qui est aussi source de beaucoup de problèmes, comme un cadeau empoissonné. Rien n'est possible sans, mais on ne put rien faire tant qu'il est là. cette richesse qui appauvrit. Encore un paradoxe. pas des moindres.

On traverse les villes, on arrive à Barcelona, eh oui ici aussi, et on reprend l'autoroute.

Puis voici Puerto la Cruz, à la limite avec l'Etat Sucre, une ville clairement touristique et nous commençons à grimper les montagnes pour suivre la route du bord de mer et redescendre vers notre destination, avec tout le long vue sur la mer, la côte, les plages, qu'on dit ici encore plus paradisiaques qu'à Choroni.


Enfin, nous finissons notre périple et derrière les collines on arrive à Cumanà, une cité balnéaire, hôtels, plages, vendeurs, tout pour les touristes. Sauf que ce n'est pas précisément le motif de notre visite.


En bon gauchistes, nous sommes une fois de plus là pour suivre le processus révolutionnaire à partir de la base (révolutionnaire). Et évidemment, nous nous concentrons dans les lieux où ça marche afin de généreusement collaborer à la (honteuse) propagande chaviste.

Nous arrivons sur place sur les coup de 14h. On passe le portail et nous entrons.

Un immense espace s'offre à nous, avec devant une grande usine, plutôt sobre, même austère, s'il n'y avait devant tout un petit monde s'affairant à monter une scène de spectacle, et ces gens discutant tranquillement sur les chaises installées devant la scène.


Au dessus de la scène, cette photo, si explicite, et pourtant ce n'est que plus tard que nous comprendrons un peu mieux de quoi il s'agit vraiment. "La Gaviota alzó el vuelo al socialismo"


Je retrouve Rafael, notre contact, que j'avais rencontré Fama de America quand ces ouvriers étaient venus jouer pour ces autres travailleurs en lutte une pièce de théâtre sur leur combat. Embrassades chaleureuses, présentation de tout le petit monde. Il y a là des ouvriers et ouvrières, des militants sociaux, des membres du conseil communal, des représentant des fonds d'aide du gouvernement.

Devant nous la scène, derrière nous et plus loin dans la place, un bâtiment plus petit avec des groupes s'affairant devant. On se rapproche.


On se trouve face à la Salle de Bataille Sociale "Subversion Caribe", un lieu où peuvent se rassembler les conseils communaux, les commissions, les lutteurs sociaux.

Devant, une sono crache à plein poumon la voix d'Ali Primera et ses chants populaires et révolutionnaires.
On entre dans les lieux et on nous dirige vers les cuisine où les ouvrières et les ouvriers de l'usine préparent la hallaca, le plat de noël au Venezuela, et nous en offre une immédiatement, que nous dégustons avec saveur.


Étant passablement épuisés, Rafael nous désigne en souriant des matelas stockés dans un coin et nous nous écroulons dans une sieste réconfortante.

(to be continuar)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire